Tintin en Kangoo

janvier 10th, 2014
Tintin en Kangoo

Détournement album de Tintin

Merci à Willy Watt pour l’illustration détournée de Tintin au Congo ;)

 

DICTIONNAIRE LAURENT BAFFIE

Dictionnaire de Laurent Baffie – Edition Limitée : Date de publication: 2 mai 2013

Enfin un dictionnaire drôle ! Près de 500 expressions détournées, définitions, citations, explications.

Exemple du livre de Baffie :

Adolescence : Période pendant laquelle on prend son pied avec sa main.

Expressions de Franck Ribéry « Cette victoire, c’est une fusion émotionnelle et structurale de talents ainsi qu’une stratégie tactique méthodologique » #FRAUKR

par Le Gorafi

 

Voir aussi top 10 Ribérysmes

dico-insolite-mots-oublies Dictionnaire insolite des mots oubliés

Croquignole, pasquinade, mirliflore, paltoquet, songe-malice, crapoussin, désamour, zinzolin… autant de mots rares et précieux à redécouvrir sans modération !

Dans ce dictionnaire malicieux, Alain Duchesne et Thierry Leguay nous invitent à une promenade pittoresque et insolite aux pays des mots oubliés et nous expliquent comment de telles merveilles lexicales ont pu disparaître de notre langue courante, en raison de l’évolution de nos sociétés, de nos moeurs et de nos mentalités.

De surprenantes gravures anciennes et des citations de grands auteurs illustrent ces réalités disparues, comme l’indispensable bigotelle, qui servait autrefois à maintenir la moustache relevée durant la nuit !

Partez à la découverte de ces trésors oubliés de la langue française et délectez-vous de leur charme suranné et des témoignages qu’ils nous offrent sur une époque révolue.

Alain Duchesne et Thierry Leguay, tous deux professeurs de lettres.

Une langue est parfois délaissée comme «une vieille maîtresse». Quand ils arrivèrent dans l’Empire ottoman, les Oubouch furent accueillis par les Tcherkesses, et peu à peu (en moins d’un siècle), «ils se déshabituèrent de leur propre langue» : dans la vie de tous les jours, il leur était devenu plus commode, précise encore Dumézil, de parler en tcherkesse. Fort heureusement le français n’en est pas là. Il semble même se porter assez bien. Simplement, il se renouvelle ; des termes nouveaux apparaissent chaque jour, pour des vies brèves parfois, tandis que d’autres meurent, silencieusement. Ce livre est né du regret de voir des mots de bonne compagnie nous quitter.

On ne parle guère de ces termes obsolètes qui s’en vont doucement. Comme ces malades que l’on dit perdus, ils sont encore près de nous (on les trouve souvent dans les dictionnaires récents), mais pour combien de temps ? Seraient-ils devenus inutiles, comme le laisserait penser une vision instrumentaliste du langage ? La réalité est tout autre, et sauf quand ils désignent des réalités disparues, c’est assez étrangement (souvent sans raisons apparentes) que des fragments de lexique désertent nos livres et nos paroles.

Pourquoi ne dit-on plus que le temps d’abeaudit ? C’est là pourtant un terme utile, immédiatement compréhensible, et que rien n’a vraiment remplacé. Pourquoi avons-nous abandonné sade (antonyme de maussade !), désamour, s’aheurter, musiquer, desheurer ? Par négligence ou désinvolture ? En matière de langue, le désir s’accommode mal de la fidélité…

peau-de-balle

Définition peau de balle expression

Locution argotique, peau de balle !  signifie   Rien ! La peau sans les balles, sans les balloches,  sans les testicules, à quoi ça peut servir ? A rien !  Qu’est ce que le balai de crin ajoute à la peau de balle ? il ajoute rien a rien. La verve populaire qui aime bien les assonances amusantes – genre »Je veux mon neveu« , »Ala tienne Etienne » ou encore « à l’aise Blaise » et « Cool Raoul« - a fait rebondir la balle dans le balai. Absurde mais rigolo. Qu’en pense le dico des académiciens ? Peau de balle et balai de crin !

Devant le corps amoché de l’artiste, le narrateur se dit qu’il va avoir besoin d’argent :

« Je fais un petit inventaire. Je n’ai pas pensé à réclamer ma dernière quinzaine à M. Edmond et il a oublié de me la régler. J’ai dix-sept mille francs. J’ai eu beau fouiller l’artiste : peau de balle et balai de crin. » Jean Giono, Les Grands Chemins.

Extrait du livre « 100 expressions à sauver » de Bernard Pivot de l’académie Goncourt.  Edité en 2008  chez Albin Michel.

 

La Phrase qui tue

mai 25th, 2013

y’a un blog expression humour qui s’appelle « La phrase qui tue » qui propose des expressions à la con, genre détournement d’expressions genre :

« L’adolescence, c’est comme l’art : tout le monde critique, mais personne ne comprend. »

Merci à Gabymagique

Martine albums detournement

 

Bon j’avoue celui-là il est limite-limite.

Détournements couvertures Martine

A tort larigot

mai 15th, 2013

Entendu à l’instant sur Pekin Express et le coffre maudit

Mix entre à tort et à travers et à Tire-larigot.

Pas mal je l’avais jamais entendu celui la !

Keep Calm

mai 15th, 2013
detournement keek calm

keep calm detournement

 

Autres détournements keep calm and…

#Hashtag – Mot dièse

janvier 23rd, 2013
« Mal nommer les choses, c’est participer au malheur du monde »
(Copié-collé d’un post de Vanksen ) page Vanksen facebook :
hashtag # twitter

Terminologie et néologie

« Le résultat est beau comme un accident de chemin de fer. »
Vous en avez déjà peut-être entendu parler ce matin, le couperet est tombé : le « hashtag » # de Twitter est rebaptisé en « mot-dièse ». A qui doit-on cette fabuleuse invention ? A la Commission de terminologie et de néologie.
Pour mieux comprendre l’énergumène, je vous invite à lire page 46 de l’Excellente encyclopédie de la Web culture par les non moins excellentes Titiou Lecoq et Diane Lisarelli (Robert Laffont). Pour ceux qui n’auraient pas le bouquin entre les mains (mais achetez-le quand même ;-) ), je cite : « Mal nommer les choses, c’est participer au malheur du monde. »
Albert Camus ne connaissait pas la Commission spécialisée de terminologie et de néologie de l’informatique et des composants électroniques (CSTIC pour les intimes), cette noble assemblée en charge de trouver des équivalents français aux anglicismes qui pénètrent sournoisement notre belle langue via le Web. Bien que cette Commission soit toute jeune (créée en 1996 dans le cadre de la loi Toubon pour limiter le recul du français), son fonctionnement n’est pas sans rappeler l’ORTF ou les belles heures de la bureaucratie soviétique.FONCTIONNEMENT – Il faut environ un an pour que la Commission traite un mot. Ses 36 membres se réunissent tous les deux mois et étudient quatre termes par réunion. On imagine les dialogues passionnés qui ont amené à remplacer le mot « chat » par « dialogue en ligne », quand certains auraient tué pour le remplacer par « tchate ». Au terme de ce processus, les propositions sont publiées au Journal officiel par arrêté ministériel et l’emploi de ces mots devient obligatoire dans les administrations françaises et les services publics.
Le résultat est beau comme un accident de chemin de fer. TERMINOLOGIE – Tous les mots qui suivent, et bien d’autres merveilles, sont consultables sur ordiphone ou ordinateur individuel sur le site http://franceterme.culture.fr/FranceTerme/, lancé sur la toile d’araignée mondiale par Christine Albanel en mars 2008.